(placeholder)

Stromboli 2014

Analyse institutionnelle et socianalyse

Fin 68, ou début 69 ? Après mai 1968 en tout cas !

        On est dans une petite salle du troisième étage du bâtiment de sciences humaines de la fac de Nanterre. De petites tables individuelles toutes écartées bien rangées.

        René Lourau, assis parmi ses étudiants, parle. Il est à peine plus âgé.

C’est le cours danalyse institutionnelle.

L’intéressant, c’est de ne pas considérer ce mot institution comme une notion

définissant un établissement. C’est de prendre ce mot comme un concept.

Un concept développé en trois moments dialectiques : 

institué, instituant, institutionnalisation.

Concept dInstitution comme mouvement résultant de l’interaction dynamique conflictuelle de ces trois moments. Allant d’une contradiction douce, jusqu’au corps à corps, jusqu’au choc, jusqu’à la crise. 

L’institué contre l’instituant.

Faire lanalyse institutionnelle, c’est s’attacher à comprendre ce mouvement, son histoire, son devenir.

Pendant que René Lourau parle, la tête inclinée comme regardant des pensées qui seraient inscrites sur le sol devant lui. Dans cette salle, clairsemés, nous les étudiants prenons note, sur nos petites tables face au bureau vide, théoriquement dévolu à l’enseignant.

L’analyse institutionnelle a sa voie royale :un dispositif inventé par les Van Bockstaele et leurs collègues et que Georges Lapassade et René Lourau ont repris à leur manière : la socianalyse.

Le socianalyste est un sociologue qui renonce à être l’exclusif porteur du métadiscours comme dans la sociologie instituée. Ce discours sur les autres.Il est socianalyste, c’est-à-dire il rassemble les acteurs d’une situation et il les met en position d’être ensemble avec lui le sociologue collectif.

Le bureau du sociologue est vide en quelque sorte.
Le socianalyste est dans la salle parmi les gens qui échangent, critiquent, examinent ensemble un quotidien qu’il faut apprendre à décortiquer, discuter, dont il faut comprendre comment il s’inscrit dans un champ, il est pris dans des dynamiques à la fois locales et globales. On est en train d’assister à l’ébauche de ce qui sera - est actuellement - une autre façon d’exercer le métier de sociologue. En effaçant sa propre parole au profit du sociologue collectif.


C’est une façon de permettre au corps social de s’approprier l’outil et la distanciation sociologique. De participer au travail d’interprétation sociologique.

2015 ! Où en est l’analyse institutionnelle ? Y a-t-il dans l’exercice de la socianalyse une autre façon de faire le métier de sociologue, une redéfinition de la profession ?
Une façon complémentaire et différente de faire œuvre scientifique ?

Nous avons travaillé dans cette optique avec plusieurs sociologues, psychologues, depuis 1970. Ce site rassemble des traces de ce travail.
Et aussi des images, des sons…